QUAND KODAK ETAIT DEJA D'ACTUALITE EN 2009

1973
1973

couverture du 33 tours de PAUL SIMON qui comprend la chanson "KODACHROME".

QUELQUES DIAPOSITIVES UNIQUEMENT EN KODACHROME

n'oubliez pas de cliquer sur l'icône à Gauche en bas de la photo pour une vision "plein écran".

PETITE HISTOIRE DE L'UTILISATION DU KODACHROME EN FAMILLE

je ne vous ferais pas l'historique du KODACHROME, d'autres sites s'en chargeront beaucoup mieux que moi.

L'histoire sera alors familiale, c'est à dire à intérêt restreint ! mais si vous me lisez vous retrouverez, sans nul doutes , quelques similitudes avec votre propre expérience.
On sait que l'histoire du KODACHROME a commencé dans les années 1934, mais l'utilisation par mes soins doit dater des années 1964.

Mon Père, officier en Algérie, avait ramené cette pellicule de son foyer de Colomb-Béchard, mais je n'ai pu la tester véritablement qu'en la chargeant dans le FOCA SPORT 2 que mon Père m'offrit.

A l'époque, je débutais la photographie et la découverte des diapositives fut, pour moi, le début d'une grande passion. Je recommande aux Jeunes de 2009 d'aller à la page : COLLECTOR/EX FAN DES DIAPOS pour apprécier la facilité d'usage et les tracas que provoquait un bonne projection à base de KODACHROME bien sûr : ah les panoramiques avant l'heure, les contrastes, les bleus profonds....

 

Plus tard je fis quelques infidélités. Le PERUTZ pour ses magnifiques dominantes bleues ou vertes pas toujours les bienvenues, l'AGFA moins contrasté que le K64 ( cette dernière montée sur cache plastique bleu foncé était séduisante !), un film étonnant le diapo Noir et Blanc par FERRANIA , un improbable GAF,et enfin, dans les années 1975 Le FUJI qui, là pour de bon, m'a étonné.  C 'est grâce à   Mr et Mme  DEVELAY - que j'ai eu la chance de rencontrer  et même de partager un déjeuner dans leur nouveau siège social de l'époque à St Quentin en Yvelines -  importateurs de FUJI à l'époque où tout le monde voulait du Jaune et pas du vert , que j'ai testé ce film bien avant le grand public.

 

Autre infidélite : le KODAK EKTACHROME pour quelques usages précis, et dont je constate, aujourdh'ui, la piètre qualité de la colle des supports.

 

Donc au final, mon ami KODACHROME après 45 ans de service je ne t'ai trompé que très peu de fois avec de mauvaises excuses de cadres plastiques, boîte avec loupe, gadgets inutiles. Près de 15 000 diapos après, dont quelques unes en cours de scannage (quel vilain mot !!) je ne regrette rien. Le Numérique est là aujourd'hui avec toutes ces facilités et sa fiabilité et c'est tant mieux.